le ouèbe résolument 7.0

Pop Hits, le hit parade chanté, c'est 10 ans, 54 albums vinyl (et quelques musicassettes), 634 reprises de chansons et quelques inédites, les pochettes les plus cheesecake de la galaxie, la qualité française aux éditions Musidisc International, une quintessence musicale orchestrée, dirigée et digérée par le Ray Coniff hexagonal, Monsieur Mario Cavallero en personne : c'est Pop Hits, le hit parade chanté.
Hmmm !!!

English version below
Mode d'emploi


oh ! que c'est joli...

  • PopHits-shearing-wilson-L

en direct d'internet

Pop-Hits-cliquez

cliquez, c'est gagné !

les plus du service Pop Hits

mais c'est où ?

english spoken

This web site is dedicated to a french series of cover compilations of "hits" during the 70's : Pop Hits, le Hit parade chanté. Songs of the moment (the best and the worst ones) were badly covered by Mario Cavallero, his orchestra and his singers. The seasonal productions were magnificaly packed into cheesecake covers. In fact, the main (only ?) interest of this site. Check out in priority our Des pochettes section to watch and enjoy this artwork, climax of the french touch.

pour fluxer vite

  • Flux RSS des articles

écoutez, c'est le son Pop Hits

LogoPopHits

Lundi 7 septembre 2009 1 07 /09 /Sep /2009 20:00



La plus belle fille du monde ne peut donner que ce qu’elle a
. C’est bien le problème des disques de reprises des années 70, constitués par des assemblages hétéroclites et homovages de chansonnettes souvent déjà tubesques emballés de criardes pochettes où l’on fait s’alanguir ou gigoter de blondes naïades à peine pubères en des poses supposées séductrices et généralement vaguement dérangeantes de mièvrerie parfois, de salacité souvent, de vulgarité toujours. Le résultat est généralement assez pitoyable, tant musicalement que picturalement.

On en viendrait donc à s’interroger sur ce qui différencie fondamentalement en cette année 1973 Mario Cavallero, son orchestre et ses chanteurs et David Bowie, ses araignées martiennes et ses platform boots . Pas grand chose en fait, y a pas à tortiller du sphincter. De premier visu, la laideur bleutée de la pochette de Pin Ups annonce la couleur sur le fond. Même pour l’époque, le lettrage n’est même pas digne d’une apprenti composeur offset en descente d’acide maquettant un tract de pare-brise pour l’ouverture d’une nouvelle djeanerie concurrente au Pantashop de la rue de la Gare (face au Palais de Justice). Les bustes hagards de Twiggie en phase de décrépitude post LSD et de Bowie en hallucinants errements précocaïnovores finissent de décourager à étiqueter dans le catalogue des plus belles pochettes d’album cette devanture vinylique (existe également en musicassette et cartouche 8-pistes). À la rigueur, on collerait bien ce Pin Ups dans les junkyards de pochettes pourraves qui fleurissent sur le net, dans les powerpoints obstruant nos boîtes mail et dans les rayons spécialisés des librairies musicales d'un caractère douteux.
 

Pouloulou c’que c’est laid !

Pourtant, les camarades savaient emballer un chouia plus subtilement cette même année, qui en de soyeuses ambiances érotoglam, qui par des artifices de séduction plus... comment dire... chaleureux.








Au moins, ça c'est de la Pin Up !




 

Dans le dedans de l’intérieur de cette pochette d'un goût venu des bordures extérieures de la galaxie, la galette, seul disque de Bowie cité par Manœuvre dans ses 100 meilleurs albums de tous les temps (que du bon qui s'annonce, donc) livre un collier de nouilles sonores pas forcément plus classieuses que ce que Claude Dauray (dirigeant en 1973 sous le nom de The Electronic's) ou Pierric/Janin balançaient à la même époque (ah, finalement, il semblerait que Manœuvre se soit gouré ou qu'il a tourné la langue 7 fois dans la bouche de Maneval ou je ne sais quelle raison mais en fait on s’en siphone les noyaux sérieusement grave).
Certes, la sélection bowesque tire plutôt vers d’anciens tubes, voire vers des titres plus obscurs, là où les compilateurs industriels enquillaient les meilleures ventes du dernier trimestre en une compilation prête à danser dont l’opportunité visait à refiler aux masses pécuniairement peu à leur avantage un ersatz des musiquettes qui affolaient les ondes périphériques à des fins de
trémoussage de fin de mariage et autres communions du p’tit Pascal dans l’arrière salle graisseuse du Relais Napoléon au carrefour de la RD 484 et du boulevard Thiers. Dans l’un et l’autre cas, on se retrouve quand même avec de belles bousasses côtoyant de rares pépites, le tout entrelardé façon oignons et poivrons flétris sur brochettes de cœurs de volailles par des morceaux originellement moyens interprétés moyennement.

Comment en est-on arrivé à une telle convergence vers la médiocrité alors que tout tendait vers une dissociation hyperbolique entre là les suceurs de succès de baloche de province et leurs livraisons saisonnières de reprises minables et ici l’étoile montante de la pop glamour en un projet alors encore inédit de revisitation intime d’inspirations juvéniles ? Parce que quand même, on ne mélange pas les tâcherons et les serviettes, a fortiori cuir pleine peau. Dans les quelques années précédant cet infâme et passable Pin Ups, Bowie avait produit une belle tripotée de bijoux, et était barré pour en éjaculer quelques autres bien de leur facture dans les ans suivants.

S’il suffisait de déterrer les pièces les plus rutilantes ou les plus chatoyantes du British boom et du Swinging London et de les réempaqueter façon Ziggy pour faire du Bowie authentique, on serait en heur de s’interroger sur le si peu de succès que connut Mungo Jerry. Nan nan nan, est une imposture prétentieuse, principalement gerbable pour son caractère d’imposture puisque cette édition n’est pas à la hauteur de ses prétentions.
Bon, afin de ne pas faire exactement comme les originaux, on reconnaîtra quelques innovations dans l’interprétation, dans le recalibrage, dans le rythme voire dans
la répartition retravaillée des refrains, chorus et divers breaks dont il est fait ici un usage intempestif. Pourtant, l’ensemble ressemble à tant d’albums de glamrock où l’on a l’impression que chaque passage est génial mais dont la durée sur des minutes de chansons et sur des dizaines de minutes d’un album font passer le moindre des concerts de reggae pour une plongée dans le meilleur de Sonic Youth et de Pavement réunis. Sévèrement maquillés pire que des bagnoles en refourgue, le grimage des morceaux de Pin Ups rappelle sa pochette : on voit bien qui c’est, mais le résultat est ridiculement laid. Les artifices les plus vulgaires et attendus de l’époque sont usés et abusés : des roulements de batterie en retenue ou en accélération omniprésents, des clapotis de piano par-ci par-là qu’on dirait que le mec il veut à tout prix faire comme Mike Garson (le problème étant que c’est Mike Garson), des bouts de chœurs balancés comme des cuivres du pauvre à tout bout de champ pour faire monter la sauce quand la voix s’étiole, un saxophone immonde en beta-testing des 80’z, la rythmique grattée comme dans un groupe de skiffle de la banlieue de Sheffield par un mec qui ferait mieux de s’inspirer de Mick Ronson (le problème étant que c’est Mick Ronson), une production volontairement hachée pour faire rock’n’roll, et des morceaux heureusement assez courts mais malheureusement trop courts pour y développer une ambiance Zigguienne, enfin bon, la totale qui ne rend utile ce disque que pour celui qui recherche un condensé des tics les plus grotesques du glam. Pasque bon, si Ziggy s’était officiellement retiré des voitures depuis quelques mois, l’année 1973 le voyait omniprésent dans la production de Bowie, pour le meilleur (Alladin sane, où tout n’est que Stardust, de la pochette aux chansons jusqu’au flux tourneboulant de deux faces qui laissent sans souffle) comme le pire (toute la belle équipe est là pour ce piteux Pin Ups, c’est à n’y rien comprendre).

 
 


« Et les morceaux ? » me direz-vous (si si, je vous entends). Eh bé, ce n’était pas la peine pour les ayant droits d’en autoriser la reprise si c’est pour contempler de tels choix trop disharmonieux pour faire un ensemble cohérent, et trop semblables pour en magnifier les précieux caractères originels.
Même cette grande fofolle de Daltrey, dont les années 70 ont été un grand toboggan de descente en caraco à franges décolleté jusqu’au gland vers les tréfonds de la vulgarité massacrant les plus beaux joyaux commis par les qui-vous-savez au mitan des années 60, même le papa à Freddy, donc, a du avaler de traviole son bol d’amphéts en découvrant la double baston infligée à
I can’t explain
puis Anyway, anyhow, anywhere, petits brûlots d’époque ici traités par la bande à Bowie façon américain-pâté-sauce cocktail, le rototo final obligé même pas sur option. Pire : les compos des gloires du Garage sont jouées baroques, comme si les Kinks ou les Pretty Things étaient plus sexy en collant lamé argent. Them et les Yardbirds ont perdu toute once de blues dans un vague rock twisté (mon dieu, Shapes of things !). Il n’y a guère que le Pink Floyd de Syd Barrett pour bénéficier d’un traitement légèrement différencié, un peu plus inspiré et allongé façon 4 premiers albums, mais malheureusement façonné comme une caricature de psychédélisme pour maison de retraite (Jean Nohain devait être en cabine ce jour-là). Quand je vois Émily jouée ainsi, j’en viens à regretter qu’elle ne mourut pas dans l’anonymat en 67.
 




Brefle, on ne va pas se faire frire le slip au court bouillon plus que ça en dévidant chaque chanson en un chapelet de désespérance pour se recentrer sur l’objet principal de ce disque que nous éviterons de qualifier d’album et s'interroger légitimement :
pourquoi ?
Mais pour le flouze voyons ! comme Mario Cavallero et ses éditeurs, comme toutes les maisons de disque de seconde zone qui depuis 20 ans déjà et pour encore de nombreux lustres avaient déjà apprécié vivement ce qui nous désole tant ces dernières années : mieux vaut pomper les créations des autres et les rejouer le plus vulgairement possible que de se casser l’oignon à cuisiner d'originaux Space Oddity et autres Hunky Dory : on en vendra autant. 

Parfois plus, même.

 

Mais ça, évidemment, personne n’ose le dire.



 


PS : D'aucuns se questionneraient sur la présence incongrue de L'homme qui venait d'ailleurs au milieu de la crème de la production discographique septantienne, et ils auraient bien raison, jusqu'à déflorer le pot aux roses d'un Bowie Blog Tour 2009 des plus bling bling

 

Par Mario Cavallero Jr, artiste multimédia - Publié dans : Flop Hits
Si ça vous dit d'en causer, ne vous gênez pas - Ouh pinaise ! y a 20 commentaires
Retour à l'accueil

Commentaires

punaise la dernière elle a roulé une pelle combien de lépreux pour avoir la bouche en fleur comme ça?

je vais pas détailler tous les endroits ou mes zigo et mon sphincter se sont tiré la bourre de rire, mais y'en a pas mal ^^
Commentaire n°1 posté par arbobo le 07/09/2009 à 20h25
oh bon sang quel Pop Bowhit ! :-D
tu t'es surpassé. " des roulements de batterie en retenue... des clapotis de piano par ci par là...les cuivres du pauvre..." tout ça en écoutant la plylist, grandiose :o))

très bon ce bowie blog tour :-)
Commentaire n°2 posté par rififi le 07/09/2009 à 20h28
 
Je venais de passer - heureusement, je suis abonné à la news.
 
Là, c'est tout du vrai ? avec l'invention du Fake par Arbobo, on ne sait jamais et puis la réalité dépasse toujours la fiction, en paillettes.
 
Super (33) retour(s).
 
Commentaire n°3 posté par lou le 07/09/2009 à 20h34
le pire état que Bowie peut exceller, vraiment, déjà dans ses choix de reprises, et dans leur exécution, comme son magnifique I've been waiting for you de neil young sur Heathen, égal voire supérieur à l'original!
"c'est fou, non?"
Commentaire n°4 posté par arbobo le 07/09/2009 à 20h34
Meme à la troisième lecture, c'est toujours aussi poilant! quel panache!
Bon tu as été bien plus dur que moi avec Pin Ups, au moins je sais ce qu'il vaut dans l'absolu, maintenant!!
Commentaire n°5 posté par Xavier le 07/09/2009 à 20h51
J'adore la dernière pin-up... on dirait qu'elle s'est pris un pain à coups de fleurs. Concept à la fois pratique et poétique ^^
Commentaire n°6 posté par Thom le 07/09/2009 à 21h08
non mais c'est qui la dernière PinUp en vrai ? le 45 trs japonais ?
parce que moi j'aime bien...

mais un peu moins tout de même que cet excellent papier !
Commentaire n°7 posté par yosemite le 07/09/2009 à 21h19
La dernière pin up ? Mais voyons, c'est la même qui pose avec Bowie, le manequin le plus célèbre des 60's : Twiggie !

Sinon, en vrac :
- merci pour les compliments, il faut avouer que le hasard a donné à chroniquer l'album et la pochette les plus adaptés au concept de Pop Hits le hit parade chanté ! Ensuite, je suis parti en roue libre (j'ai rédigé le billet, hors illustrations en 90' vendredi soir après une semaine de folie : besoin de me défouler).
- les pochettes présentées ici sont toutes véritables. Le pire étant que j'ai les disques avec... :o/ (sauf pour le ep Odéon japonais des Clausters avec twiggie, bien entendu)
- bowie sait effectivement faire de magnifique reprises, mais là, il a vraiment travaillé comme un sagouin, faut avouer.
- et comme je n'arrive seulement maintenant du boulot, je lirai les autres billets demain, sauf la chronique de Xavier sur Pin ups que je m'en vais lire dérechef.

bonne nuit ! 
Commentaire n°8 posté par Christophe le 08/09/2009 à 00h49
Oui, pas évident d'en parler de celui-là. Largement surestimé et n'apportant rien à l'Oeuvre bowienne. Ce qui est marrant, c'est que je l'ai réécouté plusieurs fois ces temps derniers mais ne sais qu'en penser. Cette marmelade de rocks en effet trop courts pour développer une ambiance digne de ce nom et pas assez cradingues pour faire rock'n'roll manque pour le moins de substance...
Commentaire n°9 posté par Grisé le 08/09/2009 à 22h36
"je l'ai réécouté plusieurs fois ces temps derniers"

Toi aussi tu aimes de faire du mal lentement ? ^^
 
Commentaire n°10 posté par Christophe le 08/09/2009 à 23h00
Mais je n'ai pas réécouté Never Let Me Down...
Sinon j'aurais vraisemblablement fini comme les deux protagonistes de cette pochette. C'est vrai qu'elle a l'air sacrément fracassé la TWIG...
Commentaire n°11 posté par Grisé le 09/09/2009 à 14h45
Ah ben moi je l'aimais bien ce disque... Faudrait que je le réécoute... Mais quand même il ne me semble pas si mauvais...
Et c'est marrant, j'avais jamais remarqué comme la pochette (ces masques de chair) faisait penser aux Yeux sans visage de Franju (que tu as vu récemment, je crois).
Commentaire n°12 posté par Ska le 09/09/2009 à 17h53
Le coup des masques et du bleu criard aurait pu être intéressant s'il n'avait été aussi platement présenté. On dirait les teletubbies avant l'heure ! (merde, j'aurais du la mettre dans le billet celle là. Je crois que je vais faire un edit demain ^^)
Commentaire n°13 posté par Christophe le 09/09/2009 à 21h34
alors comme ça t'as véritablement ces 33 tours... nan mais tu sais que tu fais des envieux là! :P mention spéciale pour la Robinette des bois :D
Commentaire n°14 posté par dr frankNfurter le 10/09/2009 à 17h28
Dr F, tu ne peux pas imaginer le nombre de merdes que j'ai ! ^^ (environ 1/3 sont indexées, soit déjà 1246 à ce jour).
Pour les Hot hits, j'en ai déjà une petite demi-douzaine (2, 4, 6, 9, 11), et je crois que je ferai un de ces 4 une spéciale sur cette série. En attendant, voici un lien également disponible pour les retrouver avec d'autres pochettes cheesecake 
Commentaire n°15 posté par Christophe le 10/09/2009 à 18h38
ouah la joueuse de cricket! Je suis sous le charme! :P
Commentaire n°16 posté par dr frankNfurter le 10/09/2009 à 18h39
Twiggie, la chanteuse de Qui?
Des Who! 
Commentaire n°17 posté par Lulu le Sarthois le 16/09/2009 à 23h21
Ah ah ah, mais c'est qu'au fil des commentaires, on perce à jour les petites perversions esthétiques des blogueurs ! (cette phrase n'a aucun rapport avec Alain Finkelchoucroute) (ni Frédéric Mitterrand d'ailleurs) Quand Dr F. disait qu'il appréciait la "Robinette des bois", moi j'avais cru, naïf que je suis, que c'était à cause de sa longue et ample chevelure brune, ou de son décollété, ouhla, pfiou, enfin tu sais... Mais que nenni ! C'est à cause des bottines !!

(tout ça m'évoque Green Suede Boots, bon vieux rock'n'roll des familles, circa 59, par Dr Frottis & The Fureteurs)
Commentaire n°18 posté par Dahu Clipperton le 12/10/2009 à 02h15
Désolé mon père de pêcher par mauvais goût mais moi j'aime assez le kitschissime "Pin-ups" : la plupart des chansons reprises sont assez obscures de nos jours (et relativement mineures aussi - exceptions faite du Syd Barrett) et je ne les aurais sûrement jamais écouté dans leur version originale sans ce disque. Et puis il y a le bel "Amsterdam" de Brel sur la face B de "Sorrow" (sans doute le meilleur titre du disque) - hélas ce saligot de Bowie en a profité pour le virer de la seconde édition en CD - on peut quand même l'écouter sur la première édition chez Ryko.
Commentaire n°19 posté par Christian Texier le 03/11/2009 à 09h32
Puisse cet article m'inspirer pour rédiger un joli (et loOong) papier au sujet de "Diamond Dogs"... comme ça, on ne viendra plus me taxer de fainéantise quand j'écris mes papiers ;)
Commentaire n°20 posté par Mademoiselle Catherine le 09/11/2009 à 13h41
Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés