le ouèbe résolument 7.0

Pop Hits, le hit parade chanté, c'est 10 ans, 54 albums vinyl (et quelques musicassettes), 634 reprises de chansons et quelques inédites, les pochettes les plus cheesecake de la galaxie, la qualité française aux éditions Musidisc International, une quintessence musicale orchestrée, dirigée et digérée par le Ray Coniff hexagonal, Monsieur Mario Cavallero en personne : c'est Pop Hits, le hit parade chanté.
Hmmm !!!

English version below
Mode d'emploi


oh ! que c'est joli...

  • Pop-Hits-Parade-des-Succes-23 Laguens-short

en direct depuis internet

 

Pop-Hits-cliquez

cliquez, c'est gagné !

les plus du service Pop Hits

mais c'est où ?

english spoken

This web site is dedicated to a french series of cover compilations of "hits" during the 70's : Pop Hits, le Hit parade chanté. Songs of the moment (the best and the worst ones) were badly covered by Mario Cavallero, his orchestra and his singers. The seasonal productions were magnificaly packed into cheesecake covers. In fact, the main (only ?) interest of this site. Check out in priority our Des pochettes section to watch and enjoy this artwork, climax of the french touch.

pour fluxer vite

  • Flux RSS des articles

écoutez, c'est le son Pop Hits

LogoPopHits

Mercredi 7 novembre 2007 3 07 /11 /Nov /2007 18:46


Pop Hits, le Hit parade chanté fut le réceptacle dix ans durant du meilleur de la production musicale française, légèrement remaniée par Mario Cavallero, son orchestre, ses chanteurs, et les photographes quasi-libidineux qui illustrèrent avec rafinement les couvertures de ces inracontables compilations (tellement inracontables qu'on va se gêner).

Profitant d'un interlude momentané au cœur de son intense activité, les animateurs du site ont sauté sur l'occasion donnée de revisiter autrement le patrimoine populaire français : Martine, la petite pétasse toujours propre sur elle. A partir du générateur libre de couvertures de Martine (Martine Cover generator) développé par Logeek, Mario Cavallero Jr et ses amis vous offrent la crème du bon goût en réinterprétant à leur manière les grands standards de Martine. Cela donne le site Martine est très pop.

Par surcroît, le site héberge durant quelques semaines en octobre-novembre 2007 un side-project : dans le cadre de l'année mondiale de l'interculturalité, Du bruit qui pense®, blog de réflexion sur le devenir de la musique en général et de Wham! en particulier, et Pop Hits, le hit parade chanté, galerie des glaces du gratin de la musique française des années 1970 sont fiers de vous présenter les tentatives d'extorsion de sourire générés par les glorieux candidats au grand concours international Martine wakenwo star (règlement disponible chez Maître Jaunatre, contributions jusqu'au 15 novembre uniquement à l'adresse officielle du grand jeu concours sans obligation d'achat). Chacun peut donc y contribuer.

Et ça fera patienter les grincheux d'ici le prochain article sur vos compiles préférées.

Par Mario Cavallero Jr, artiste multimédia - Publié dans : Pop Hits, le hit parade chanté
Si ça vous dit d'en causer, ne vous gênez pas - Ouh pinaise ! y a 5 commentaires
Vendredi 20 avril 2007 5 20 /04 /Avr /2007 13:10

Que Marianne était jolie

Elle est née dans le Paris
D
e 1790
Comme une rose épanouie
Au jardin des fleurs de lys.


Marianne a cinq enfants
Qu'elle élève de son mieux
Marianne a maintenant
Quelques rides au coin des yeux.


Dieu ! Mais que Marianne était jolie
Quand elle marchait dans les rues de Paris
En chantant à pleine voix
Ça ira ! ça ira !toute la vie.


Dieu ! Mais que Marianne était jolie
Quand elle embrasait le cœur de Paris
En criant dessus les toits :
Ça ira ! ça ira ! toute la vie.

Il n'y a pas si longtemps
Que l'on se battait pour elle
Et j'ai connu des printemps
Qui brillaient sous son soleil.


Marianne à cinq enfants,
Quatre fils qu'elle a perdus
Le cinquième à présent
Qu'elle ne reconnaît plus.


Dieu ! Mais que Marianne était jolie
Quand elle marchait dans les rues de Paris
En chantant à pleine voix
Ça ira ! ça ira !toute la vie.


Dieu ! Mais que Marianne était jolie
Quand elle embrasait le cœur de Paris
En criant dessus les toits :
Ça ira ! ça ira ! toute la vie.


Avril se découvre de tous ses fils, bien avant l'heure par des gaz puants causé, l'été solaire pointe ses dards sur la fille aînée de l'Église ballottée dans une malmooréenne campagne de merde. L'unité nationale se fissure sous les cris à l'unité de prétendants à la commandanture suprême, mais peut-être est-ainsi que la patrie de Voltaire, Rousseau et Michel Jobert a construit au fil des siècles sa cohérence, sa consistance, sa véritude.


Sept lustres s'écoulèrent depuis que de sa voix de pêche, l'amer Michel, en un élan appolinairien, nous conta pour la première fois son admiration fanée pour la belle République que le joli mois de mai venait de faire valser mais qui s'enkystait dans le beauf pompidolisme des VRP en complet-veston crème et de leurs choucrouteuses mégères aux corsages de tergal imprimés de flatulences végétales orange et mauves, bovins phtisiques arranguant pêle-mêle les rouges et les gris, le péril jaune et les pénibles jeunes, se désolant de la France qui foulcant et de l'essence qui s'enflamme, se pâmant et se roulant des pelles vineuses devant une érotopouffe osseuse vautrée sur du rotin pendant que Venise se gondole. On sait ce qu'on dit, on vote ce qu'on pense. L'ORTF n'est pas encore crevée, et comme on comprend trop ce que dit Mesmer et pas assez ce que cause Chaban, on aime se faire bien éduquer par des godelureaux qui moquent en des pot-pourris musicaux une classe politique qu'est quand même bien pourrite ma bonne dame. La communion du petit de Brigitte et Roger permet de faire le point en famille sur le dernier uiquène d'élections, où Jean Royer a bien rivé son clou à la vermine socialo-communiste lors du débat sur la 2, qu'en couleur ça donne quand même plus propre les chemises d'Alain Duhamel, déjà, et de Michel Droit, encore.


Atterré par les votes moutonniers et puants de ceux que Cabu va bientôt baptiser au mitan des années 70, attristé par la vacuité et les luttes intestinales de la gauche gigotante au son du flageolet des armées socialistes contres les colonnes communistes, Michel Delpech, figure tutélaire de cet espace de nostalgie turlutaine, alpha et oméga de la jolie chanson française, verse sa petite larme sur une démocratie qu'il souhaiterait plus glorieuse et aimante, sur une France mère courage qui a bien du souci à se faire avec sa progéniture. Et quand, au cœur de ce 7e hiver trimillénaire, Michou soigne sa sortie d'une longue mélancolie avec une brochette d'acolytes aux petits oignons, il émerge dans une période qu'il découvre à nouveau agitée par une médiocrité d'impétrants pour sa jolie Marianne. Pas de bol pour le déprimé éternel, le printemps 2007 ne va pas lui regonfler le moral, lui qui regarde avec amour la vie avec ses lunettes moroses, en dépit du nouvel enamourage que lui célèbre la hype la plus nerd* (*c'est ce que nous autres informaticiens appelons un commentaire entre parenthèses).


Pourtant, on eut pu croire que la situation se désencroûtat en 14 ans de mitterrando-cohabitationnite, nonobstant quelques lustres de chiraco-giscardime du meilleur soporifisme. En visitant les candidats d'aujourd'hui, on pourrait même croire que la France est à nouveau désirée richement, diversement, avec des 'tits gars et des nénettes qui n'en veulent et vont revivifier le 5e rejeton de Marianne à la veille de son cinquantenaire. Bah, cela ne semble toutefois qu'illusion : les airs sont connus, les paroles des chansons sont les mêmes et les pochettes ont à peine été reliftées, Photoshop remisant Offset et Lettraset mais gardant les poses convenues et les slogans oulipiens.


Quatre décennies où les mêmes acteurs brandissent leurs étendards en poussant des rengaines qu'on souhaiterait plus sexys, en dépit de ludiques efforts pour remixer la campagne (attention : cliquer sur ce lien peut provoquer une saine mise en situation du présent billet), que même nous on va essayer de relever le gland. Non, le gant. Désolé. Quatre décennies donc où les mêmes sautent sur leur chaise tels des Cabrel en criant : le rock ! le rock ! le rock ! alors que la variétoche d'iceux-là est moche, et les rocks d'iceux-ci sont secs. Certes, quelques témoignages musicaux pertinents, d'autres passionnants, encore d'autres plus subjuguants ou bien ceux-ci plus... rock quoi, nous intiment l'ordre de la révolte joyeuse et de l'engouement musico-politique. Mais laissez-moi douter.


Tiens, par exemple : qu'est-ce qui a-t-il changé chez nos amis du grand soir en 35 ans depuis l'ode à Marianne, si ce n'est une certaine décrépitude des enfants de Staline au profit des petits-fils du pioletté de Mexico, assez en forme actuellement, merci ? Rien. Pire même : l'extrême gauche est schizophrène et ne sait choisir son candidat, hésitant entre le marteau et la faucille, un coup-ci, un coup-là, couic-couic les OGM, bong-bong les grands patrons voyous.


Ca se démultiplie en autant de side-projects que même Rémi Brica ne saurait suivre la cadence. A défaut d'originalité (on dira alors : avoir de la constance), on glorifie les valeurs sûres, on convoque Vladimir, on invoque Ernesto et la Commune, on barriole sa rage de rouge, on se drape d'étoles étoilées, on ne cède à aucune compromission.


Certains désespérés ont même crié leur anarcho-syndicalisme et en ont maculé nos tristes murailles briquettées dans un mouvement transgressif quelque peu terrorisé toutefois d'être épinglé en flagrant désir de vouloir réveiller les Mas.


 

Mais que reste-t-il des mythes ouvriers ? Sur quoi construire la révolte quand le pavé se vide des pas rageurs du prolétariat hurlant, ne laissant guère que les larmes de l'échec de la lutte finie sur de blettes revendications aux odeurs de merguez refroidies ? Car les usines se sont envolées, les repères ont explosé, les valeurs sont renversées, le petit peuple s'est lepénisé.

 

Ah b'en vi, désormais, dans la honte isolée de noires bâches des préaux d'écoles réquisitionnés, la vile multitude nourrit les urnes du gros casse-burnes. On croit que c'est reparti comme en 33, l'effroi du show nous glace le dos. Cela dura longtemps qu'on le peigne comme la résurgence de la bête immonde, prête à écraser l'Europe avec ses affidés et frères de sang brun sous leurs bottes de chasseurs de bougnoules et autres gibiers de Provence. A la limite, ça fout les jetons.

 

Pouloulou ! Mais que nenni ! En sus de quelques fins de race latino-liturgisantes et de tous les supporteurs de football, la France beauf et celle qui est déprimée par le chômage et les petites humiliations relèvent dominicalement le front aux printemps venus pour des motifs plus vils que la régénérescence de la race franque et le renouveau du haricot de mouton. Rigolarde, cette France est mollement mais indécrottablement raciste comme toujours, craignant l'Autre dont elle jubile pourtant de se gausser. Toute sa carrière, Michel Delpech a d'ailleurs subi le partage des loges des plateaux télévisés et des chiottes des salles des fêtes niçoises avec le parangon de la xénophobie sympa, du racisme rigolo et de la haine rieuse. Michel Leeb cache l'oeil du borgne derrière ses grimaces de chimpanzé des beaux quartiers, parce que derrière ses lunettes, y peut pas (b'en oui, c'est ses narines).

Mais il en existe d'autres concurrents que le putride et purulent putois breton pour renouveler vaguement les vieux numéros de notre comique post-colonial national, gendre rêvé des Régécolors et inspiration suprême des fins de banquet et débuts d'apéro. Surjouant son accent et ses effets tel un Jacques Ballutin sous amphés, le vicomte laboure la même fange, clignant grossièrement de l'oeil vers son public goguenard comme aux riches heures du Théâtre ce soir. Dans un registre plus tragique, d'autres savent plus sobrement et martialement demander, les yeux dans la France, si vous trouvez normal, non mais franchement trouvez-vous ça normal, que des grands frères génétiquement conditionnés violent des petits moutons dans des baignoires. En plus, si on rajoute le bruit et l'odeur, alors où va-t-on ?


Bon, on dramatise, on dramatise, mais tout ne va pas si mal dans ce monde qui pue. On peut tranquillou se laisser tirer la sonnette d'alarme les périodes d'élections venues, couper l'eau quand on se brosse les dents et autres courageux gestes, puis s'en retourner peinardou en 4x4 patienter le prochain moment propice pour s'émouvoir un quart d'heure de la fin de la fin et du début des emmerdes. Entre deux, on se prélasse, aveugle au triste tableau que quelques agités peignent en hurlant à coups de fauchages, abordages et autres enchaînements. On verra bien.

Alors, c'est foutu ? Aucun espoir ? Meuuh non ! Nourris aux débats publics participatifs sur des thèmes variés mais pas trop, nous allons être sauvés par la vierge vengeresse, la Sainte Blandine de la social-démocratie, la Saint Geneviève des régions de France, nouvelle Jeanne à l'étendard carmin matiné blanc-bleu.

Remarquez, fidèles à leur bougeotte de saint-guy qui les brandouille depuis qu'incertains pré-ados ils hésitaient devant les portants entre les revues coquines et les mags d'informatique, il y a aussi les centristes, tous de droite venus, qui à force de vouloir aller vers la gauche (cf. illustration),


vont s'en revenir plumés les cocos, une main devant, l'autre derrière, avec leur bite en fleur mais sans leur coutelas de Rahan qu'ils avaient chopé discretos dans le crypto communiste Pif gadget (cf autre illustration, on est en plein web 2.0 je mouille !) :

C'est quand même bien triste ces pochettes de disque, dont la politique ne ressort grandie. Mario Cavallero ne s'y est pas trompé naguères : il fit habiller sa reprise de l'amère complainte delpechienne en une allegorie aux robes en popeline que bien peu d'exégètes perçurent comme le véritable manifeste graphique d'une France retrouvée. Bien cachée était donc l'agitation politicarde derrière la joie d'une fraiche vision kaléidoscopique de cette jeune fille qu'on imagine en fleur dans son franche cancan printanier, un morceau de chiffon rose accroché à la taille, un autre vermillon battant les airs de sa pubère carmagnole. On l'entend chanter Ca ira, on la voit belle comme le soleil un lundi, on se remémore quand on était si jeune, jouer à si on chantait, à faire comme l'oiseau pour s'envoler au dessus des forêts et des prairies où s'ébattent les chevaux fous, par dessus l'Himalaya et par-delà le Lac Majeur. Toute gaite comme ça, elle doit s'appeler Marianne, si jolie, si jolie.

 

Mais ce n'est qu'une chansonnette.

A la fin de la beuglette pophiette poussée avé l'assent de Borme-les-Mimosas sur ce 6e volume du Hit parade chanté, la cruauté du quotidien se rappelle à nous, l'heure qui pointe, le prix des allumettes qui flambe, le surgé qui braille, le bordel quoi. La France a vraiment foutu le camp, un autre Michel, au nom moins violent mais au courage plus viril le sait et le clamera toutes les 70's durant et après encore : c'est torché, on est eus ! jusqu'au trognon !!! Pillés, lessivés, blêmes et dépouillés de nos plus beaux emblèmes nationaux. Mais ce chantre mou de la vraie France, celle qui ne ment pas, ce héraut de la nation qui ne se laisse pas marcher sur les couilles par les crouilles et autres raclures génétiquement tarées l'a glapi, les machoires serrées, le mandibule prognate et la chemise sportswear repassée négligeamment ouverte sur un mâle poitrail : ils ont le pétrole, mais c'est tout !

Mais ça, malheureusement, de plus de en plus de cons osent le dire.

 

Note aux benêts : dans les cases interactives de cet espace informatique distant participatif, ça râle, ça pinaille, ça trépigne et ça fait son caca nerveux, en un mot, ça formule ce que nous nous autres dans l'informatique appelons des réclamations, parce que Mario Jr traîne à éditer son billet. En plus, quand celui-ci vient, c'est amer et bâclé, expurgé de tas d'images et de tonnes de saillies, billevesées et autres tirades qui s'étaient accumulées en brouillon grossissant au fil des semaines, tout parce que l'hébergeur râle quand c'est trop lourd. En plus, le tout est bâclement résumé au dernier moment pour cause d'actualité deadlinesque (comme dirait Brian Ferry).

Résultat : une livraison mi-chèvre mi chou que l'équipe trouve, après trop rapide relecture, mal agencée, vite montée et au finale peu inspirée. Mais bon, il fallait en terminer de cet article qui n'en finissait plus de gonfler sans jamais sortir, sur un thème qui, finalement, ne nous a pas trop motivé. Et tout ça à cause d'une bête réponse à un billet sympa, (déjà cité dans cet article, mais c'est ce que nous appelons nous autres informaticiens le double check) il y a deux mois déjà de cela. Rhalala, tout fout l'camp ma pov' dame ! Mais ça, évidemment, la racaille qui commente ne va pas se gêner pour nous rappeler légitimement notre incurie. Qu'elle en soit remerciée, mais qu'elle ne se la pête pas trop non plus ! ;o)

PPS : et l'équipe ne s'engage nullement sur un édit après le premier tour, bien entendu !

 

Par Mario Cavallero Jr - Publié dans : Pop Hits, le hit parade chanté
Si ça vous dit d'en causer, ne vous gênez pas - Ouh pinaise ! y a 41 commentaires
Dimanche 25 février 2007 7 25 /02 /Fév /2007 00:49

L'oiseau et l'enfant

Comme un enfant aux yeux de lumière
Qui voit passer au loin les oiseaux
Comme l'oiseau bleu survolant la terre
Vois comme le monde, le monde est beau

Beau le bateau, dansant sur les vagues
Ivre de vie, d'amour et de vent
Belle la chanson naissante des vagues
Abandonnée au sable blanc

Blanc l'innocent, le sang du poète
Qui en chantant, invente l'amour
Pour que la vie s'habille de fête
Et que la nuit se change en jour

Jour d'une vie où l'aube se lève
Pour réveiller la ville aux yeux lourds
Où les matins effeuillent les rêves
Pour nous donner un monde d'amour

L'amour c'est toi, l'amour c'est moi
L'oiseau c'est toi, l'enfant c'est moi
Moi qui ne suis qu'une fille de l'ombre
Qui voit briller l'étoile du soir

Toi mon étoile qui tisse ma ronde
Viens allumer mon soleil noir
Noire la misère, les hommes et la guerre
Qui croient tenir les rênes du temps

Pays d'amour n'a pas de frontière
Pour ceux qui ont un cœur d'enfant
Comme un enfant aux yeux de lumière
Qui voit passer au loin les oiseaux

Comme l'oiseau bleu survolant la terre
Nous trouverons ce monde d'amour
L'amour c'est toi, l'enfant c'est moi
L'oiseau c'est toi, l'enfant c'est moi

 



Hallelujah ! Cocorico et toute cette sorte de choses ! Après deux lustres de vaches maigres, de veaux étiques et de cochons qui sentent des pieds, le Saint Graal de l'art européen a retrouvé le chemin de la mère patrie des muses de l'occident éclairé, berceau de Berlioz et Breton, Debussy et Troigros, Colette et Rodin, Berthe Morisot et Guillaume de Machault, Delacroix et Poincaré, Descartes et Brassens, Huysmans et Sheila. Dans le concert des nations bataillant avec force ritournelles bétasses et chorégraphies palmipèdes, la France éternelle apporta de nouveau la paix sur les Béotiens de l'Atlantique à l'Oural enfourchée tel un Napoléon d'Eylau et d'Iéna sur la mélopée d'une transfuge lusitanienne au double patronyme virginal et clitoridien, Sainte Mère Marie, glorieuse épouse abrahamesque Myriam.


Marseillaise transfigurée pour une Europe en paix dans un monde de brutes, L'oiseau et l'enfant offre à l'humanité son lot d'espoir et de quatrains vertigineux de platitude si j'osais bousculer Euclide dans ce raccourci einsteinien. 300 millions de téléspectateurs déversèrent leurs voix téléphoniques dans la matrice distribuant aux nations "Luxembourg Quatre points" par-ci et "Leuxeum'bourgue for poïntse" par-là, réservant comme l'écureuil de septembre leurs plus belles noisettes en les lovant dans une niche tricolore pour honorer la francitude triomphante. 136 points consacrèrent Marie Myriam qui n'en put mais de tant d'honneur, humide et émue lorsqu'elle entonna de nouveau son hymne vainqueur pour bien rappeler aux consommateurs que sa galette noire serait en vente dès le lendemain dans tous les supermarchés et autres Disco 2000 continentaux, et qu'ils seraient bienvenus de s'imprégner vite fait de la rengaine parce que les radios ne tarderaient pas à les tarauder 27 fois par jour donc mieux vaut se blinder les pavillons, ça va chier graves des notes.

 

L'Eurovision, comme on cause amicalement du grand concours européen de la chanson inventé par le bien-nommé Marcel Baison en 1957, l'Eurovision est justement retransmise par la cathodique et apostolique Eurovision, consortium d'ingénieux qui sûrent donner un espace hertzien commun aux vieux pays de ce vieux continent, fatigués de guerroyer sans répit et souhaitant commuer dans la communion télévisuelle leurs sanglantes querelles en de pacifiques batailles, commises sur les routes du Tour de France, sur les pistes enneigées d'Interneiges et les toboggans aqueux de Jeux sans Frontières, jusqu'aux scènes des plus grands palais des sports, tout de pastel vétus pour ces joutes musicales que les Grecs n'auraient point reniées mais dont ils ne briguèrent la plus haute marche qu'en 2003, par la grâce d'Elena Paparizou et son My number one si bien titré, quoique son short n'est pas mal non plus.


La prouesse technologique était presque invisible mais ébaubissait les masses populaires, piaffant dès la mire hypnotique et les trompettes malmoréennes de Marc-Antoine Charpentier qui n'aurait pu imaginer que son Te Deum atteignit un jour telle prestigieuse audience. L'hypnotisme se poursuivait durant le concours rythmé d'un répons multiternaire entre les langues autochtones et les subséquentes traductions, en français, langue diplomatique, et en anglais, parce que faut bien qu'on comprenne quand même. On y égrena des mélopées de points distribuées dans la plus irrationnelle mixture de goûts. Les transnationalités votantes peignent dans leur grand bordel amalgamé des tableaux oulipiens dont on découvre subjugués le décalage systématique de la qualité vers la miévrerie, sorte de S+7 mais plutôt -12. Ne boudons pas notre plaisir franchouillard, la France y glana en 1977 son dernier eurotrophée et nous ne dûmes plus depuis lors héberger coûteusement le concours de l'année suivante. Et pourtant nombreuses furent les victoires gauloises, bien qu'à vaincre sans péril on triompha sans beaucoup de gloire.

Anéfé, les 7 contrées initiatrices du raout guttural se battaient chacune avec deux candidats jusqu'à l'aube des années 70, ce qui permis à la patrie de Bergson de décrocher les lauriers par 4 fois en tout, sans compter quelques mercenaires qui décrochèrent la timbale au nom du Grand Duché ou qui firent de beaux accessits pour le compte de nos dépendances d'outre-Quiévrin, d'outre-Moselle et d'outre-Nationale 7, comme Michèle Torr multirécidiviste de l'Eurovision qui combattit en 1977 sous les couleurs monégasques avec le très ironique Une petite française, 4e quand même, ça cure le rectum !

Mais les rois du pillage des terres franques furent quand même ces banquiers de basse Sarre ducale qui nous piquèrent en vrac Michèle Arnaud, Jean-Claude Pascal (1er), Nana Mouskouri, Hugues Aufray, France Gall (1re en 1965 avec Poupée de cire, poupée de son de Gainsbourg), Michèle Torr encore, Sophie Garel (avec le grandissime Chris Baldo en 68 dont le Nous vivrons d'amour n'arriva que 11e), David-Alexandre Winter (oui, le père de, et grand rival de Dave dans les hit parades de l'époque), Anne-Marie David (une bonne copine à la Joëlle de Il était une fois), Jeane Manson, Sophie et Magaly (9es en 1980 avec l'inoubliable Papa pingouin, composé par Jean-Paul Cara, coauteur de la victoire de 77), Corinne Hermès (1e en 1983) et même la filière bruxelloise avec coup sur coup en 87 et 88 Robert Joubert (a.k.a. Plastic Bertrand) et Lara Crockaert (elle a bien fait de changer son nom pour Fabian, elle aurait été ridicule sinon). Certes, le genre était répandu ailleurs puisque canadiens, irlandais, australiens et autres ultramarins firent le bonheur hélvétique ou britannique en des temps où on ne rigolait pas du Commissaire européen aux transports.


Mais que seraient les plus brillants interprètes sans les plus grands chorégraphes,

 

sans de non moins grands couturiers,

 

et surtout sans d'excelllllents musiciens ?

 

Ah la dive Olympe qu'est l'Europe alors, le temps de ce que nous autres informaticiens appelons une putain de bonne soirée télévisée !


Mais que de moqueries pour ce vecteur de paix et d'amitié entre les peuples ! Aujourd'hui sont glorifiées les nations naguère écrasées par la torpeur des décennies communistes et qui s'éveillent enfin au monde dans des choeurs en sol majeur et paroles mineures, toutes d'énergie contenue exultant par là-même en cette orgasmique éructance de rythmes proto-baloches et post-Abba (Abba qui, ceci dit en passant, furent, n'en doutons pas, l'alpha et l'oméga de ce challenge culturel de premier ordre, mille fois imités, jamais égalés, mais trève d'anecdotes, on n'est pas là pour ça).

 

Pis, mieux que cet infâme et pathétique ralliement aux armées transatlantiques écrasant de leurs rangers hi-tech les sables ensanglantés d'un pétrole à pas cher, ces peuples déchaînés (hi hi hi) trouvent leur honneur en clamant au monde que la baltitude et le transcarpatisme valent bien l'atlantisme culturel d'une Europe des 9 à la botte du grand frère étatsunien. La stratégie des petits et des laissers pour compte de la diplomatie onusienne et des arcanes des conseils d'administration des multinationales passe désormais par l'étape Eurovision où on aura bon goût de frapper un grand coup en rompant avec l'universalité bélante de pacifisme pour l'affirmation outrancière d'une spécificité inédite de sa culture indigène.

En 2006, ce fut la Finlande qui s'y colla brillamment par le truchement de ses nouveaux hérauts de Lordi, mini séisme dans le mièvre ordonnancement attendu en de telles bacchanales chantées, se hissant au fait du podium avec son Hard Rock Hallellujah ! Une horde de brutes défrisa toutes les mémères bercées de Druckers nationaux commentant dans les affres de l'incomprehension la prestation des braillards silliconés du visage qui poussèrent l'outrecuidance à surjouer Kiss en beuglant des "Voitto tuli! Voitto tuli!" et autres "Lordi on tullut tunnetuksi tinkimättömällä show:llaan, rakkaudella työstetyillä naamioilla ja vaatetuksella sekä ennen kaikkea hard rockin kulta-ajasta ammentavalla jämerällä rockilla. " Ca pose là, n'est-ce pas ! Alors pas étonnant qu'ils nous narguassent au sein même de leurs démoniaques incantations par un "Euroviisuvoitto on vain yksi etappi maailmanvalloitukselle!" que nous n'oserons traduire céans, y a les gamins qui regardent.


Tu-tu-tut' ! rétorquerons-nous toutefois à Michel Drucker effaré et certain que les vilains ne gagneraient qued', pleins de leur vulgarité si peu digne de la classe traditionnelle que nous offrent depuis 5 décennies les prestations eurovisées. Car une écoute plus attentive de l'attaque lordienne nous fera découvrir le secret de leur réussite, 29 ans après la gloire de notre petite portugaise à nous : le riff d'attaque est identique ! (quelle alitération, j'en suis aterré). A quelques bémols près, la ligne mélodique des deux vainqueurs à une génération d'intervalle est commune. Est-ce là le secret de la réussite ? Écoutons sur bande originale, sans nous laisser divertir par le commentaire de notre Michou, et repassons plusieurs fois le riff d'intro :

 



Ca vous la coupe, hein ? Alors, si cette musique est magique, serait-il aisé de remettre le couvert ? C'est ce que tenta le compositeur de L'oiseau et l'enfant en rééditant son morceau réarrangé et réharangué par une pouffiasse d'origine polonaise cette fois ci dans une technoïsante version abrutissante, opportuniste glomérule gluant conçu pour que les 6-10 ans se l'arrachent en CD 2 titres, trousses, gommes à la fraise et autres produits dérivés aux couleurs d'une narcotique imagerie bisounoursienne en transe teletubbienne qu'on prendrait des champignons on aurait à grand peine le même effet, même des qu'on aurait importés du riant Brabant batave. Mais Karol n'est pas Marie ni Myriam, et sans le talent la vocalise n'est rien, comme dirait Marianne James qui s'y connait, elle, en jolie filet de voix sur des chansons de merde.


D'autres godelureaux à peine pubères salirent il y a peu, peste soit de ce tiers millénaire, les paroles d'amour de l'ode myriamesque pour un cross-over pitoyable eu égard à la gravitude que sont la faim dans le monde et les bouchons du dimanche soir au triangle de Roquancourt.

 


Hopopop ! Mario Cavallero ne s'en était pas laissé compté non plus. Flanqué de sa fidèle Lili Montès, il s'attela quelques semaines après la victoire mariale en la Perfide Albion à une de ces reprises que vous m'en direz tant.

Fidèle aux choeurs en soutien à la douce scie, scrupuleux dans le respect des violonnades de service, parfait dans la scansion du break au mitan de la chanson, c'est du grand Mario qui nous est servi dans ce 32e volume de Pop Hits, le Hit parade chanté, au milieu de reprises magiques d'un Nicolas Perrac partant (Je pars), de Martin Circus en garçons de plage pour une invite à une partie de bluette (Drague Party, sur l'air du Kill surf city des Beach Boys) et autres mouche magique et électronisante (Magic Fly) qu'on n'allait pas se priver de 14,50 francs au Radar Géant du coin. Le tout est servi sous une couverture du meilleur aloi où le grand Michel Laguens a ressorti sa robe à franges indienne et ses célèbres bottes glitter dont il chaussa plusieurs de ses manequins au gré de diverses séances à objet disco-illustratif.


Étonnamment gaie pour une fois mais toujours aussi coquine, la muse de Michel suggère en un mouvement de pas chassé le rythme requis pour certains des titres de cette compilation saisonnière, vraisemblablement plus sur fond de Sunny que du tube lusitanio-franco-européoannovisien au pinacle en cet article, morceau peu chaloupé soit-il, nonobstant il est vrai ses dernières secondes dont le retour de l'orchestre en grand tintouin aurait fait pâlir Lennon et Wagner qui n'ont pu rivaliser, respectivement dans le finale épique de Sgt Pepper Lonely Hearts Club Band et dans l'envoi d'Un jour la p'tite Huguette, dont Richard n'était pas peu fier mais que Cosima raya d'un discret mais ferme trait de mine de son envoi mensuel pour enregistrement et protection à la Société des artistes protonazis de Bayreuth-les-Gonesse. Notre blonde donc est le joyau de la photographie selon Laguens, régulièrement servie sur les flancs quadrichromes des pires compilations que la France giscardo-pompidolienne sut connaître.


 

Souvent froide et néanmoins terriblement sexy, notre Anne-Marie de service, car il lui faut bien un prénom et que l'équipe de rédaction s'est raclée le cortex pour offrir un label à la belle inconnue, a souvent guigné le chaland des bacs de disques en lui faisant espérer des troubles émotionnels qu'elle savait pertinemment vains à l'écoute à venir du douteux parfum contenu en ces si désirables flacons, fragrance faite de noires galettes de polychlorure de vinyl sillonnées mollement de reprises des plus grands tubes du mois et qui seront pour la plupart vite oubliés sauf des nerds et autres giscardo-pompidolophiles, enregistrées en prise directe par les plus grands orchestres de baloche sous la baguette des Claude Dauray, John Christopher, Jean-Luc Ferré et autres Mario Cavallero mais aussi par des trompetistes émerites que furent Pierre Sellin et autres organistes inspirés, dont Eddy Driver qui donna à l'Hammond ses titres de noblesse au travers des sonos des plus grandes stations Fina de France et de Wallonie.

Claude Dauray justement, dont le Parade des succès n°26 de l'été 1977 offrit, outre un tracklist assez proche du Pop Hits 32 en dépit d'une orchestration des plus approximatives et d'interprétations à faire se compisser aux éclats Buster Keaton, un plan américain de notre gonzesse du mois, déhanchant son jean qu'elle avait un peu court, décidémennt c'est une manie, ils avaient un budget de fin de mois ou quoi ?

 

Plus encore, l'éditeur de chez Vygson devait être particulièrement charmé par la chouchoutte de Laguens car il la vautra plusieurs fois encore sur les couvertures de la série Parade des succès.


Chez Musidisc aussi on s'enticha de la blonde à qui on offrit l'unique privilège d'illustrer par deux fois la collection Pop Hits , comme ainsi pour la 31e livraison :


Étonnante séance photo qui offrit assurément plusieurs tirages de la même combinaison de ce mannequin intringuant, gainée de son ensemble vermillon au short minimal et au caraco frangé et chaussée de ce que nous autres informaticiens appelons dans notre jargon des bottes argentées à talons hauts, qui s'illustrèrent d'ailleurs aussi sur le Pop Hits 32 présenté ci-dessus.

On retrouva les poses de la même série sur le volume 4 des compiles Super Hits animées par le ringardissime Patrick Olier dont on s'étonnera qu'il fit carrière ensuite sous les ors de la République et sous les ordres de sa MAM publique (m'ouais...).


Et toujours la même séance et la même tenue pour inaugurer la série d'Ennio Rivolta à l'orgue Hammond pour nous faire danser sans arrêt :



Chez Delphine, label où on aime bien aussi les blondasses sexys, on offrit d'ailleurs par trois fois la minette à Ennio et ses touches en folie :


Et on avait déjà dévoilé pour faire patienter sur ce site la gueuze dans sa version guitaresque au service d'une série médiocre de covers instrumentales des grands tubes de chez Stax, sur le bigrement délicat label MFP, Music for pleasure, b'en tiens, tout le plaisir est pour nous.

On notera ici tous les canons de la mise en scène chère à Michel Laguens pour sa favorite : bottes argentées, version hautes, short glitter, version trad' au raz du moteur, subtile suggestion mamaire par l'entremise cette fois-ci d'un gros noeud (pouf pouf), blondeur détachée et regard pénétrant.

 

Ca met en appétit certains, mais c'est de la branlette à côté de la brandade à la Marie, Marie Myriam qui après quelques années à siruper les génériques de Candy, Casimir et autres Visiteurs de Noël s'est reconvertie comme tout bon footballeur qui se respecte dans la nappe à carreaux, le bacalao et le tinto verde en reprenant la gargotte paternelle à Charonne. On ira donc se régaler à L’auberge de Marie, 6 rue Planchat, Parie 20e, ouvert tous les jours excepté le samedi midi, le dimanche (midi et soir) et lundi soir, service restauration de 12h00 à 14H30 et de 20h00 à 22h30, animation musicale tous les samedis soir avec Jorge Mirando des Sol Latinos (Musique sud américaine). Formule à 19,90 € sauf samedi soir, carte à 30 €, dont la rédaction vous recommande la Cataplana de fruits de mer (servie pour deux personnes, prévoir 25 minutes).


Alors franchement, se foutre de la gueule d'un oiseau et d'un enfant, c'est vraiment minable.


Mais ça, évidemment, personne n'ose le dire.

 


Par Mario Cavallero Jr - Publié dans : Pop Hits, le hit parade chanté
Si ça vous dit d'en causer, ne vous gênez pas - Ouh pinaise ! y a 40 commentaires
Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés